L' ARCHIMMERSION DE CHEOPS

 (Ma définition de la 3D immersive : voir plus bas )


Cheops, architecte d'une pyramide du même nom.... 

Pseudo pour Jenny Bihouise dès le début de ma vie numérique, quand il s'est agi de jouer en ligne au jeu de cartes Pyramide...

Je ne saurai jamais la part réelle de hasard dans cette anecdote, car emmenée ensuite vers les mondes virtuels comme plus efficaces pour cultiver ces relations à distance rendues possibles par le numérique, puis  initiée au "build" (modélisation en 3D) à l'intérieur de ces mondes... pour réaliser à quel point l'ensemble venait prolonger ma pratique professionnelle consacrée à l'innovation  de méthodes et à l'animation de réseaux dans le domaine du développement social local : formation à distance sur des pratiques difficiles mais dans l'efficience et le plaisir, recours à la créativité, aux valeurs de dignité humaine, aux démarches ascendantes (type "empowerment"), affinités avec les esprits précurseurs et libres, les âmes généreuses et pionnières...

J'ai recroisé tout cela auprès des passionnés de l'usage d'Opensimulator.
Et comme un destin, me revoici dans ma pratique préférée du "dire et faire, faire et dire"... Et comme un destin, il s'agit encore et avec d'autres de soulever des montagnes, d'aider à éviter les pièges du conformisme et de la peur, ou pire de la récupération malsaine...

Les pseudos peuvent incommoder, j'en conviens.
Dans mon cas, le mien a laissé des empreintes sur le web 3D du temps de cette vie parallèle qui ne l'est plus, mais dont je ne veux ni perdre la trace ni brouiller le message.
Alors oui,  je me suis lancée professionnellement dans la réalisation de prototypes pour des applications utiles à la vie sociale sous le nom de Jenny Bihouise, mais je maintiens Cheops Forlife pour ma navigation dans les communautés virtuelles.

Mon projet vitrine est le concept de " Ma Mairie en 3D" et son blog compagnon

D'autres réalisations sont en cours, au travers de plusieurs partenariats qui pourront comme je l'espère venir officiellement créer et allonger une plus longue liste.

En attendant, je mets au service du présent collectif ce que je peux de mon parcours de psychosociologue, d'expérience des pratiques collaboratives (j'ajoute : authentiques ), de ma connaissance des possibilités offertes par Opensimulator, et donc aussi d'architecte... autodidacte je l'avoue, mais sans honte.

Ainsi,  j'écris sur le présent blog au nom du "Collectif L'i3Dim", modélise à la demande les environnements nécessaires ou demandés sur la région partagée de "i3Dim", tente de créer et maintenir les liens entre les participants du projet, soutiens la promotion de leurs réalisations vers l'extérieur.



Qu'est-ce que la 3D immersive?

 

- La 3D immersive n’est pas une page web ou un site ou une vidéo offrant des images en 3D qui en ce cas sont alors visionnées en 2D.


- La notion d’immersivité ne se résume pas à se trouver physiquement dans un lieu donné entourés d’images 3D, ou encore à regarder une vidéo en 360°. Dans tous ces formats, vous ne pourrez pas voir par vous-même le dos de la face montrée des objets en passant derrière ceux-ci. Ou quand bien même il vous serait possible d’y promener une caméra connectée (cf. Casques type Oculus), il manquerait votre corps pour attester de la réalité de votre ressenti... 


La technologie que nous utilisons nous fait accéder à un environnement numérique qui se situe en dehors du web, et qui consiste à simuler un environnement modélisé dans lequel nous pouvons projeter la présence d’un avatar que nous contrôlons nous-mêmes : nous pouvons le faire marcher, voler, se téléporter, l’animer de gestes, le faire parler en chat ou par la voix, faire évoluer sa silhouette et son style à notre gré, et rapidement sentir qu’il nous prolonge en tant que présence dans cet environnement. 
Jusque-là le sentiment d’immersion est juste amorcé.
Ce qui va le créer réellement est la mise en présence d’autres que vous selon le même principe, qui depuis leur domicile ou lieu de travail et leur machine vont venir partager cet espace, alors que vous vous voyez vous-même en leur présence. Vous pourrez vous promener avec eux, partager la même expérience de déambulation, et du coup, comme dans le monde physique, vous n’aurez pas besoin de vous pincer pour être sûrs que vous n’avez pas rêvé. 

Qu'apporte au public un tel format ?


- Un accès gratuit à ces espaces 24H/24H 7J/7J 365J/365J par des «homologues» du monde entier ; 


- La pratique de toutes les activités réputées ne pas pouvoir se dérouler correctement sans une présence physique, c’est-à -dire s’appuyant sur la coopération en temps réel, sur l’«effet-groupe» comme pour l’enseignement et la formation, les actions de médiation et de remédiation (accès aux livres, aux arts et à la culture en général)... En un mot sur le partage d’émotions tel qu’il se passe dans la vie physique... ;


- L’accroissement des possibilités d’activités à distance, de solutions à la mobilité réduite, de réduction des coûts de déplacement (financiers et énergétiques) et de la fatigue, sans perte de qualité pour les prestations de leurs protagonistes, avec au contraire une augmentation de certaines facultés de nos sens et de nos organes fonctionnels, comme en apportent déjà les lunettes pour voir de plus près ou de plus loin, les voitures pour avancer plus vite, à linstar de nos "prothèses" dans la vie physique...
Ici nous pouvons en plus nous affranchir de l’apesanteur, propulser notre corps dans un autre monde en un clic, ajouter des illustrations audio, retrouver les avantages de la 2D en intégrant des écrans avec navigation de pages du web et de vidéos ou en affichant tout document-texte/image bureautique, communiquer directement sur internet : streaming, réseaux sociaux, documents actifs etc... Soit un seul écran pour l’accès à tous nos outils familiers ou encore un exceptionnel outil de création multimédia véritable.


- Comme toute innovation, cette modalité d’accès ne vient pas remplacer les autres mais les compléter. Tout comme la vidéo n’a pas tué le cinéma, ce sont les mêmes, curieux et férus de communication et de connaissances qui viennent utiliser «aussi» ce moyen d’élargir les outils à disposition pour mieux travailler s’ils sont enseignants, créer s’ils sont artistes, etc. 

Question de vocabulaire


Notre description concerne ce qu’il est convenu d’appeler mondes virtuels avec avatars. A ne pas confondre avec l’AR ou la RA (réalité augmentée) qui concerne avant tout l’environnement. Ici seul l’homme est augmenté, et reste réel.

Rédigé pour le site ADRET WEB ART, Septembre 2019









Aucun commentaire:

Publier un commentaire